Quelle politique ?

Publié le par Dross

Lepen au second tour des présidentielle, le Non à la constitution Européenne, un gouvernement de droite (qui ne sais pas quelles sont ses priorités) au pouvoir, une opposition de pleurnichard nommé Socialistes de l’autre coté, une incapacité du tout à comprendre et diriger son peuple.

Il est temps de revoir la copie : car la note n’est pas bonne. Oui messieurs les politiciens : vous vous prenez des tollés depuis trop longtemps pour que l’on puisse parler de crise(s) passagère(s). Droite et Gauche, l’illusion que vous entretenez d’être fondamentalement différent vous a permis jusqu'à présent de vous maintenir au pouvoir, mais il est temps que les masques tombent. Oui, vous vous chamaillez – jusqu'au sang parfois –  mais ce n’est que pour mieux dissimuler l’un de vos points communs les plus important, mais au combien intéressant ! Il s’agis, ni plus, ni moins, de la raison pourquoi on arrive à rien aujourd’hui, en France ; de la cause des échecs successifs et répétés de vos réformes.

C’est tout simplement le manque, voir l’inexistence, de volonté et d’idéal.

C’est bien simple : vous n’avez pas d’idées, d’ambition pour le pays et êtes ignorants de la rue.

 

Il y a encore peu de temps, vous regardiez avec des yeux de merlan frit les émeutes, complètement dépassé par les évènements.

Trois cocktails Molotov à St Denis, et vous n’y prêtiez pas attention.

Vingt-cinq voitures brûlées et un fumigène rigolo lancé à l’aveuglette dans diverses citées, et vous commenciez à tendre l’oreille.

Mais deux cent cinquante six voitures détruites et les violences qui commençaient à se rapprocher des lieux d’habitation riches (où vous résidez) provoquèrent une vive réaction de votre part : la France de là-bas commençais à se rapprocher de la France des sots, alors on appelle la police, on lâche les bouledogues nommé CRS (Connards Raciste et Stupide), l’intervention de l’Armée est discuté, on envisage de faire remonter le Charles-de-Gaulle par la Seine, les chars Leclercs ne sont pas loin…

On trouve alors la solution miracle : un bon gros chèque pour la rénovation des citées signé gracieusement par la république avec écrit en filigrane « ok, et maintenant arrêtez vos conneries : vous allez nous faire perdre les prochaines élections ! ».

 

C’est marrant cette manière d’agir : on fait un don d’une grosse somme d’argent (qui aurait dus être fournie depuis plus de vingt ans), et on essaye d’apparaître comme le bon et généreux petit père des peuples…

Plus hilarant encore : il a fallu attendre des vagues de violences pour que cet argent soit donné (pourtant primordial à la déghettoïsation). En d’autres termes, s’il n’y avait pas eu d’émeutes, le peuple serait encore en train d’attendre qu’on le sorte de cet enfer de béton.

 

Pour autant, je rappel que je n’approuve pas ces violences urbaines. Et surtout que cela reste qu’une minorité qui a agis ainsi (contrairement à ce qu’il a été montré dans les médiats), et qu’elle n’a peut être pas agis seule : brûler des écoles, détruire les maigres petits commerces me parait encore aujourd’hui absurde : alors que le devenir de voitures ne concerne pas les émeutiers, ce genre d’infrastructures, si.

Alors qui ? Pourquoi ?

Vous ne trouvez pas que l’on ne parle plus trop des Néonazis depuis quelques temps ?

Vous ne pensez pas que ces violences servent directement les intérêts du FN et des mouvements racistes de France ?

Je n’en dirais pas plus, n’ayant pas la preuve de ce que j’avance.

Mais il reste bon d’y penser, et de ne pas oublier qu’il y a des cons dans les deux bords.

 

Ensuite, les politiques on oublié que le peuple n’est pas un abrutis. Exemple type : la constitution Européenne. Si les partisans du Oui s’étaient exprimés avec d’autres mots que les inconditionnels « Oui ! Il faut voter Oui ! Car il faut voter Oui ! », les nationalistes n’auraient pas pus aussi aisément manipuler les foules et parvenir au coup de pute Français envers l’Europe.

Et après, là où il était le plus important que les politiques agissent, ils ont préféré laissez tomber le projet : on brûle les textes qui restent, on met à jour le site Internet, un petit coup de téléphone à TF1, à France télévision, et deux trois cheques plus tard, tout le monde à miraculeusement oublié le fiasco ; et on peut se remettre tranquillement à préparer sa future réélection.

 

Si nous avions eu des politiciens dignes de ce nom, qui agissent pour le pays et non pas pour eux même, alors il y aurait eu un grand débat, nous aurions dus les voir courir partout comme des déments afin de récupérer leurs erreurs, proposer des alternatives à nos voisins Européens, remanier le texte, tout faire ce qu’il est en leurs pouvoir pour que l’Europe suive toujours un idéal Franco-allemand et puisse fonctionner correctement maintenant qu’on est 25.

 

Au lieu de tout cela, il y eu quelques règlements de comptes en coulisse, un petit discours pathétique de Chirac, et un mutisme global. On cache le cadavre dans l’armoire, on attend les présidentielles et après on verra…

 

Sauf qu’après il sera trop tard. Mais cela, ils s’en foutent.

 

On fête les 100 ans de la loi sur la laïcité, mais la démocratie est morte.

Tant qu’il y aura des esprits intéressés à la place d’esprits épris de la France dans les grandes institutions, la république restera incapable de jouer son rôle.

Tant que nous aurons des ignorants comme dirigeants, ils continueront d’être inefficaces : quand vous ne connaissez pas quelque chose, il est évident qu’il vous sera impossible de le gouverner.

Tant que le peuple ne sera pas instruit correctement, il restera inapte à faire les bonnes décisions (pour les votes, référendums et autres…) et sera toujours sujet à la manipulation et à la peur ; née de l’obscurantisme.

Est-ce cela la démocratie ? Une masse aveugle manipulé par les tracts, les Médiats et autres ?

Est-ce bien l’essence d’une politique républicaine d’empêcher (de par son fonctionnement) le peuple d’accéder aux postes qui le concerne ? Et ainsi d’avoir des gens, peut être moins qualifié globalement, mais connaisseur des vrais enjeux du terrain ?

 

Pour régler les problèmes des citées, ce n’est pas un Technocrate Versaillais qu’il faut choisir, mais une personne qui agis depuis quelques années dans diverses associations au contact desdites citées pour faire bouger les choses. Donnons les moyens d’agir à ceux qui en ont le potentiel ! Les personnes les plus riches et les plus intelligentes ne sont pas forcément les plus aptes à faire de la politique. Prenons les bonnes personnes au bon moment et pour les bons domaines, c’est la seule et unique manière d’avoir une politique cohérente et réellement efficace.

 
 

Viens la question difficile : alors faut il changer de constitution ? En avant pour la VI ème République ?

 

L’idée est depuis longtemps dans l’esprit des gens. Et certains politiques commencent à prononcer l’idée… Alors ce serait le parfait arrangement ?

 

Malheureusement, je n’en suis pas sûr, car il y a deux scénarios :

-Soit c’est le peuple (instruit et réellement compétent) qui redéfini la constitution pour que la représentation et l’implication du peuple dans la politique devienne partie intrinsèque de la République, et alors nous avons de grandes chances d’obtenir quelque chose de réellement efficace et démocratique.

-Soit c’est les politiciens déjà au pouvoir qui modifient la constitution et donc nous obtiendrons effectivement quelque chose de différent, mais qui continuera toujours de fonctionner sur des personnages complètement déconnecté de la réalité (ceux là même qui la modifierons : qu’il est dur de lâcher ses avantages liés au pouvoir…).

Toujours inapte face aux enjeux de notre monde post-moderne, elle restera impuissante. Pire : comme elle aura fait miroité au peuple une réelle révolution (qui n’arrivera jamais) cela provoquera inévitablement un découragement et une désillusion encore plus forte.

Les effets seront alors dramatiques.
 

Car il est certain que plus qu’une institution qu’il faut changer, se sont ses acteurs internes qu’il faut évincer.

Et éviter que les nouveaux acteurs puissent rester indéfiniment dans l’institution démocratique : car alors nous obtiendrons quelques années plus tard les mêmes politiques passés (donc de nouveau inefficace et pédant).

 

Servir la république le temps que cela lui est bénéfique, puis partir, surtout partir.

Une nouvelle manière de penser la politique. Avec des gens réellement motivé et tolérant pour aider à résoudre les problèmes.

 
Révolutionnaire.

Publié dans Politique

Commenter cet article

Dross 08/01/2006 11:49

wakka> Si, bien entendu, là ce trouve une partie du problème... Je l'ai même sous-entendu dans cette phrase : "Et éviter que les nouveaux acteurs puissent rester indéfiniment dans l’institution démocratique"
Donc d'éviter de faire de la politique un métier.

C'est vrai que ma phrase est beaucoup moins claire que la tienne, merci donc ;)

Dans tout les cas, je reste perçoidé que la politique devrait être comprise comme un sacrifice pour l'ensemble de la communauté, et non (comme c'est le cas actuellement) comme une "activitée" en or...

wakka 07/01/2006 22:10

Merci dross, ca rassure de lire ce genre de textes... ca veut dir qu'il y a des esprits libres et critiques.J'ai une question qui j'espère attirera ta curiosité: L'essence même du problème de la politique en France ne serait-il pas qu'être un élu est un métier...d'ou la peur de ne pas etre réélu et de tout faire ( ou plutot le moins possible car prendre des décisions c'est prendre le risque de faire des mauvais choix...) garder son poste ?

Wells 12/12/2005 16:33

On sent le ressenti.
On sent que tu ne t'est pas exprimé ici depuis longtemps, et que tu a des choses à dire.
Mon ami, tu m'a manqué, j'aime te lire, ta plume et violente et agressive, mais elle détruit du feu de la renaisance.
Merci d'être revenu, justement quand j'ai écrit cet article qui t'est à moitié dédié, et que tu n'a pas manqué de venir commenter dés ton retour.
Je n'ai qu'une chose à dire, Bienvenue Chez toi !

Dross 10/12/2005 20:40

Ca me manquait à moi aussi à la vérité ;) lol

Yeuse 10/12/2005 20:29

Du grand Dross ! Ca me manquait ;)
Bravo pour cet article criant de vérité.
Bonne continuation.