tag ce fléau qui coute cher : le Parisien

Publié le par Dross

Aujourd'hui ce journal s'attaque a ce terrible fléau "créateur d'insécurité" comme il le dise qu'est le tag-graff-graffiti... Ils expliquent (par un choix de vocabulaire s'appartenant a un article sur le procès d'outraux) que l'on attaques directement les personnes en rendant les murs sales le gris de l'urbanisation bâclé en fresques coloré...

bah merde alors.. moi qui croyais que c'était juste de la peinture .... Je ne savais pas que les couleurs avaient un tel pouvoir....

Aussi... pour faire ce que le journal n'a pas fait, je vais cité des paroles de graffeurs, qui expriment le but du graff.


"Le but du graffiti c'est aussi de choqué les gens, les pousser à avoir une réation, qu'elle soit négative ou admirative, cela n'a pas d'importance. Le but du jeu c'est de créer une polémique" Keag (RAW-D77)

"On ne demande même pas d'être payés, on demande juste un mur a peindre. Soit les gens préfèrent rester enfermés derrière des barreaux à regarder un monde gris, soit ils s'ouvrent" Wire (VMD)


"Que les gens arrêtent de dire que les graffitis c'est crade, alors qu'ils voient à longueur de journée des pubs dégueulasses pour des produits dégueulasses. Les gens, si tu leur mets un panneau Coca Cola qui clignote devant chez eux, ils iront acheter du Coca ; si tu leur fais un graff, ils vont appeler le 17" Dize (VDM)


"Bcp d'artistes qui disent aimer l'art détestent le graffiti parce qu'ils ont peur qu'on leur enlève le pain de la bouche. Ce qui me fait le plus rire, c'est qu'a l'époque, il y a 30-40 ans, lorsqu'ils commençaient leurs études, ils éprouvaient le même besoin de s'affirmer face à la génération précédente. C'est pour ca qu'on ne doit pas leur demander leur avis. Si ca leur plaît, tant mieux, si ca ne leur plaît pas, qu'ils aillent se faire encu***" Woody (CIA-LT27)

Publié dans Arts

Commenter cet article