Sud Liban

Publié le par Dross



Voici le témoignage d'un graffeur qui (travaillant dans une ONG) est partis au Sud Liban... C'est assez poignant. Regard de la guerre a travers les yeux d'un artiste de nos rues.
 

"Sud Liban, 20 ans de guerre, le groupe terroriste le plus sophistiqué de la planète, des bombardements réguliers.... une zone de guerre - on appelle ca "de basse intensité". Mais un hélico qui tourne au-dessus d'un village qui ressemble a du gruyère à force d'être bombardé, ac des gamins déguisés en soldats qui chantent que l'heure de la revanche est proche, ca te lamine les nerfs comme si tu les passais a la moulinette. Prendre le thé et etre secoué par l'explosion d'une mine à 300m, ca t'enlève un peu le goût de la menthe. Et ce baigner dans l'eau bleu pendant qu'au dessus passent des F16 et que tu vois les colonnes de fumées dégagées par les bombardements, ca t'enlève un peu l'envis de pique niquer [...] Pourtant, il y avait des bombes [de peintures]. Des Buntlack à 1$. Personne ne savait ce que c'était, c'est la demande qui a fait le prix. Je crois en avoir acheté 2, être allé repérer un mur. Sur la photo, ca aurai fait super : une devanture bien trash, couleur rouille, ac des impacts de balle sur toute la hauteur... Par respect, j'ai pas pu. Les impacts de balles, ca veut dire des gens qui se sont battus, qui se sont entretués, souvent entre voisins, parfois entre cousins. Et venir leur dire "Ouai les gars, floppe ta mère, hardcore", ca m'est resté en travers de la gorge, parce que, finalement, moi, tout ce que j'aurais voulu, c'est qu'il n'y ait pas d'impacts de balle sur cette devanture, ni d'hélicos au-dessus de la ville, ni de check-points sur les routes, et que leurs immeubles, eh bien, ils ressemblent aux nôtres, même les barres, parce qu'une barre, c'est toujours mieux qu'un camp de réfugiés..." Fizz

Publié dans Alternatives

Commenter cet article