No pasaran

Publié le par Dross



Oui... Apres l'anniversaire des 60 ans de la libération des camps nazi.... Je vais cité un passage d'un livre qui fait une bonne allusion (je trouve) de ce qu'on appelle "le devoir de mémoire" ... C'est tiré de "No pasaran, le jeu" de Christian Lehmann, le titre ne paye pas de mine, le style d'écriture n'est pas fabuleux (:$), et ca parle de Jeu vidéo (mal en plus).. Donc.. bof aux premiers abords. MAIS ... l'intérêt est qu'il est facile a lire (MEME ma soeur a réussi :| ) et qu'il remet un peu les pendules a l'heure aux sujets des Guerres etc. Derrières ces chiffres que l'on apprend a l'école... il y a des hommes. Le livre rend bien cet hommage.
Donc extrait :

[le frere en question est partit en Bosnie, en volontaire... Un proche explique cette prise de position a son petit frere : ]

« Ton frère pence, et il n'a sans doute pas tort, que la situation en Bosnie aujourd'hui est très proche de la situation en Espagne en 1936. Bien évidement, ce ne sont pas les mêmes forces en présence, ni les mêmes enjeux, mais selon lui, l'attitude de nos gouvernements, l'attitude de nos sociétés aujourd'hui, est exactement la même que celle de nos grands-parents. Alors que nous avons répété, pendant une cinquantaine d'années, que si seulement nous avions si ce qui se passait, jamais Hitler n'aurait pu aller aussi loin. Aujourd'hui, tous les crimes du monde se déroulent en direct, et nous sommes toujours aussi passifs. Peut-être même encore plus, parce que côtoyer de telles saloperies jour après jour nous anesthésie. Tu sais, j'ai a peine 40 ans, mais j'ai grandi à une époque que tu ne peux pas imaginer, où il n'y avait pas encore de téléviseur, ou presque. Une époque où la pensée avait le temps de mûrir, où on lisait plus de livres qu'aujourd'hui. Je ne connaissais pas tout ça : les jeux vidéo, tous ces trucs virtuels... Je n'ai rien contre, mais c'est un monde hors du monde, hors de notre réel, un monde où fuir le quotidien...Quand j'avais ton age, j'allais rentré en fac, nous étions très politisés, très branchés sur tout ce qui se passait dans le monde. Nous avions encore l'impression qu'il nous serait possible de changer la société où nous vivions... »

(No pasaran, le jeu-Christian Lehmann)

Voila de quoi réfléchir un ptit peu.... Le point de vu n'est pas trop mal... Si ce n'est que (je trouve) notre génération n'est pas si aseptisé que ce texte le prétend... C'est la grosse faiblesse du livre d'ailleurs : l'auteur tombe trop facilement dans certains cliché... Dommage. Mais personne n'est parfait.

Publié dans Alternatives

Commenter cet article