La France a PEUR

Publié le par Dross



La France a dit
NON.
La France à peur du changement et de l'engagement.
La France viens de découvrir qu'elle appartenait à une assemblée Européenne, et sait alarmer.
La France, la France c'est cette chose sans nom, molle, sans identité, et sans foi dans l'avenir. C'est ce truc qui dit NON à tout, qui ne cherche pas à comprendre, qui (quand cela dépasse le niveau intellectuel de la Réal TV) se retrouve largué, qui préfère campé sur ses acquis (toujours ce fameux jour férié ...) et qui préfère se tournée vers son glorieux passé (Le succès des « Choristes » en est l'unes des manifestations) plutôt que d'espéré de l'avenir.

La France, c'est des belles paroles. Des beaux discours, mais concrètement, ya quoi derrière ? Oui, le texte n'était pas parfait, mais car il n'y a pas que les intérêts des Français dans l'histoire : il y avait aussi ceux des autres pays Européen. OK, la campagne était pourris pour le OUI, mais si un résultat (soit disant) démocratique ne dépend que des actes et belles paroles des politicars au pouvoir... sinon ou va-t-on, merde !
Par contre, du coté de NON, ce n'était même plus de la propagande, mais bien de la terreur auquel ils on recourus... « Vous perdrez vos boulots, vous allez tous crevez, les martiens nous attaquerons si vous votez OUI ».
D'ailleurs, cyniquement, le NON a retourné l'adjectif au camp du OUI, en citant : « si vous ne votez pas OUI, l'Europe en prendra un sérieux coup ». A ce moment la, je ne savait plus si il fallait en rire, ou en pleuré, du coup j'ai gerbé, de voir autant de mauvaise foi : ce n'est pas que de recourir à la terreur que de dire la vérité ! Si l'Europe était rivé sur le résultat de se référendum, c'est bien qu'il y avait de sérieux enjeux. Je suis presque certains que même en Suède ils en on entendu parlé... Il faut que je pence a demandé a ma correspondante Suédoise, pour vérifier...

L'Europe c'est fait tiré dans le dos. Elle va rampé quelques temps, et sois les bouffons du FN aurons réussi leurs coup : le rêve s'arrêtera, et alors M. Fabius, alors a se moment vous comprendrez vraiment ce que Ultra Libéralisme voudra dire ! (Car sans Europe, nous serons encore plus soumis a l'économie de marchée, a oui, les Français y avaient pas pensée... Heureusement : sinon ils se serai tiré une balle dans le pied, consciemment...)
Où alors elle se relèvera, amer, coupé dans cet élan d'environs 40 ans.

Maintenant que les speudo-socialistes du NON on eu ce qu'ils voulaient, je demande a voir les réalisations de leurs si beaux mensonges de campagne : a savoir :
-Ou en est le fameux plan B (Je rappelle que Bruxelles a totalement démentis ce genre de possibilité.)
-Comment ferons t ils une Europe Sociale : et qu'elle en est sa définition même : finalement ils ouvrent le champagne, mais rient jaune : car même si au niveau national ils gagnent en puissance, au niveau Européens, ils n'en demeurent que risible et sans aucun moyen de faire ce qu'ils promettaient : ils sont cocus de leurs propre victoire, car n'ont véritablement AUCUN moyen de réalisé ce qu'ils on promis aux électeurs du NON.

Pire, c'est au camps du OUI de réparé les pots cassées, la crédibilité de la France ne va pas être redémontré par Fabius, Lepen, ou encore Laguiller : c'est Chirac (malgré tout le dégoût que j'ai pour lui) qui va se farcir le boulot.

Bref, dans la politique, comme dans la vrai vie, ya des mecs qui savent pas quoi foutre : ils cassent pour le plaisir, sans en porté les responsabilité. Vous, et c'est votre droit, vous appelez cela comme bon vous semble, moi, j'appelle ça du vandalisme.

Ensuite, et après je fini ;) Je rappelle que ce NON, ne pourra pas être considéré comme une victoire pour la France d'aucune sorte : victoire pour un parti politique aigris, peut être, victoire pour des technocrates en manques de reconnaissance, aussi. Mais pas pour la France. Car même si ce texte était mauvais, si nous partions dans la mauvaise direction, et que nous nous cassions la gueule, et bien, nous saurions alors quel est la bonne direction : on appelle cela l'expérience. Il n'y a parfois pas d'autre moyen de voir la réalité que d'y aller. Quitte a se trompé, mais alors nous saurions sans ambiguïté ou est le bon chemin, et d'alors de l'entreprendre. Contrairement a ceux qui n'aurais pas avancé, de peur de se trompé, qui en serai alors toujours au niveau zéro, sans prise de risque, soit, sans blessure, il est vrai, mais au niveau zéro comme même. La France, elle en est la.

Il faudrait peu être qu'un jour les Français se décident a voyagé un peu. A voir d'autres cultures, a apprendre d'autres manières de vivre. Il faudra bien qu'un jour elle sorte de sa xénophobie et légendaire peur de l'inconnu. Où alors, elle ne sera véritablement que le spectre d'une grandeur passé.

A bientôt, France sans idéal.



PS : Je sais (et quelque part je m'en réjouit) que certains tenant du NON traversent parfois ces pages. Je sais aussi que cet article ne donne (à première vue), pas trop d'alternatives de jugements. Mais, si vous arrivez a m'expliqué ou je me trompe (a l'aide d'exemples bien sur : sinon c'est de la roue libre), je m'en réjouirai, mais, j'en doute. Sincèrement.

Publié dans Politique

Commenter cet article