Le Venezuela

Publié le par Wells

----Article de Wells----






J’entame ici la section collaboration, qui propose a tout le monde de faire partager ces voyages, ces découvertes. Le premier grain de sable à cet édifice, sera le Venezuela, le plus complet et enrichissant de mes voyages. J’y ai résidé pendant un certain temps, une période critique pour le pays. C’était lors du referendum sur l’éviction du président actuel, Hugo Chàvez Frias.
Retour en arrière : la plupart d’entre vous ne savez sûrement pas qui il est, et on ne peut pas vous en vouloir…



Ch
àvez est un président qui propose quelque chose de tout bête, efficace, et pourtant personne n’y avait pensé avant : s’occuper des pauvres ; en effet, 70% de la population Vénézuélienne vit en dessous du seuil de pauvreté (2 dollars par jour).la plus grande partie des revenus du pays provient
de l’or noir ; et la corruption y est à son apogée. Les classes moyennes s’enrichissent grâce a l’argent du pétrole et les personnes haut placés se remplissent les poches en piochant dans les caisses de l’état. (et au passage, 70% de la population meurt de faim, mais sa, tout le monde s’en fout)
Et puis, Chàvez, qui avait déjà tenté un coup d’état, et fait un séjour en prison, décide de conquérir le pouvoir par la voie légale. Il se présente donc aux élections de 1998 de les gagnes avec 56% des voix. Le récit de toutes ces élection serait aussi inutile qu’ennuyeux, mais il suffit de savoir qu’il est toujours président. Chàvez est un idéaliste charismatique, qui aime parler est sait le faire ; mais c’est
avant tout un militaire. Pour lui tout n’est que combat, et il est hors de question de parlementer. Une majorité de classe moyenne a voté contre lui à ça première élection ? Très bien, ce sont ces ennemis jurés. Et comme il n’y a pas de meilleur moyen de ce faire un ennemi que l’appeler mon ennemi, les Esqualidos (maigrichons littéralement) comme il les appelle, forment la majeure partie de l’opposition et la plus violente.



Si Dross se plaint de la presse Française, c’est qu’il ne connaît pas la Vénézuélienne ; qui est maîtresse dans l’art de la désinformation. Si je disait tout a l’heure que l’on ne pouvait pas vous reprocher de ne pas connaître Ch
àvez, c’est notamment a cause de cela, la presse Vénézuélienne a réussi a faire un barrage quasi parfait, ce qui fait qu’a part quelques pays d’Amérique latine très concernés, et George W Bush, presque tout le monde ignore l’existence du président Vénézuélien. L’intégralité des chaînes Vénézuéliennes sont contre le président, et l’attaquent régulièrement avec une rare basses et une haine démesurée. La seule réplique dont dispose le président est une émission, « alo presiente » tous les dimanches ou le président fait un show époustouflant, d’une durée indéterminée mais tournant normalement autour des huit heures, où le président parle au peuple avec charisme et humour, il est impossible d’en ressortir indifférent !

Je parlait tout a l’heure de la télévision ; les médias n’en sont pas la partie la plus abrutissante, l’apogée de l’ode a la stupidité de nos télévisions, le summum de la télé réalité : le téléfilm a l’eau de rose, « novellas » en espagnol. On en trouve pour tous les goûts, tous les âges, mais elle ont tous le même but : vendre du temps de cerveau disponible. Et, non contents d’être l’apogée de la stupidité télévisuelle, ces feuilletons télévisés(comme tout le reste de la télévision Vénézuélienne) sont entrecoupés de publicité a une fréquence insupportable : 10 minutes de film pour 5 minutes de pub, et quand je dit pub, il ne faut pas imaginer le genre de pub que l’on voit ici de temps en temps, qui valent la peine d’être vues, avec un certain humour, parfois intelligentes, non, la bas, les pub sont pour la plupart constitués d’un quidam que l’on interroge dans la rue pour lui demander son avis sur tel ou tel produit(on doit sûrement demander aux acteur de jouer aussi mal pour que l’on ne voie pas que ce sont des acteurs…)

Mais, comme le disait Dross a propos des USA et de l’Angleterre, les gens sont plus chaleureux, plus vivant, et d’un naturel plus accueillant. Là bas, la famille c’est sacré, le sens du mot orphelin est difficile a leur expliquer. Alors quand on leur dit qu’ici les vieux meurent de solitude tous seuls dans leurs appartement pendant que leurs enfants partent en vacances, ils peinent a croire. Il y a presque toujours quelque qui vit chez la grand-mère, ne serai ce que pour des raison financières.



Touristiquement intéressant, notamment grâce a ces plages (non immaculés mais couvertes de capsules de bière pour la plupart) le « el salto angel » la plus grande chute d’eau du monde.


Wells

Publié dans Voyages - Cultures

Commenter cet article

jdn 09/11/2005 13:27

Moi je veux jouer au jeu des voyages, je raconte mon séjour au venezuela (ça va etre vite vu) et après je suis censé être dans les liens :-) Donc j'avais 10-12 ans quand je suis parti là-bas avec mon père, ma belle mère et mon frangin. Nous sommes partis de Martinique pour arriver à Caracas, c'était pendant l'été 1990. On arrive au Hilton (une énorme tour) et nous habitons une énorme piaule face à... des bidonvilles, le choc, moi je suis dans un 5 étoiles et eux ils vivent dans des baraques à peine en dur. Les questions ont fusé dans ma tête du genre est-ce que c'est normal ? que dois-je en penser ? Est-ce que ça se visite les bidonvilles ? J'ai été choqué par cette expérience, je ne comprennais pas pourquoi moi j'étais dans un hotel ou l'on vous poussait les chaises pour s'asseoir et que dehors il y avait tant de misère... Pour la suite faut passer sur mon blog et me la demander :-)

Dross 21/08/2005 23:12

Un dictateur élu par le peuple...
Bah c'est juste comme en France :D

Je fait confiance à Wells pour ce qu'il dit dans cet article. Apres, dans ces pays là il faut toujours se dire que les tps y sont bien plus dur...
C'est peut être pas une excuse, mais cela peut etre une explication pour autant.

Wells 01/08/2005 14:11

Chàvez est peut être un dictateur, je ne pense pas corrompu, mais sa ce discute, mais ce qu'il y a d'evident, ce sont les progrés réalisés par rapport au peuple, soins medicaux gratuits notemments, mais aussi psychologiques, car on sent que le peuple reprend espoir, à tor ou à raison, mais il va mieux, et sous cet angle, il est indéniable que Chàvez a réussi.

Vincent 31/07/2005 23:42

Chavez est un dictateur corrompu , pas un populiste idéaliste !!!