Société de consommation

Publié le par Dross

Ce texte date un peu (plus d'un an pour être exact ;) ). Mais l'ayant redécouvert, et comme il est, malheureusement, toujours d'actualité... Je le publis ici.


            Consommation, retour sur image

Aujourd’hui, nous assistons à une surprenante diabolisation de la société de consommation. 
La société de consommation ?
Pour moi, c’était juste ce qui définissait cette société (notre société) nous permettant de satisfaire nos besoins (et désirs) matériels assez facilement.

Curieusement, si on écoutait les Médiats, on croirait qu’elle est devenu la mère de tous les vices : elle serait responsable de la passivité, de la paupérisation des convictions, du désintérêt de la culture, et même… de la politique...
(Qu’il est confortable d’accuser une notion abstraite des incompétences des politiciens).

Seulement, j’ai du mal à me convaincre que c’est l’offre qui provoque la demande, que ce sont les objets qui dirigent les mœurs, habitudes et idées des gens.
(Toujours de manière implicite, on entend des raisonnement du type : « les gens ne font plus que consommer, ils ne réfléchissent plus, saloperie de société de consommation »).
J’était loin de m’imaginer que notre façon de consommer nous était dicté par l’aisance de se procurer (ou pas) nos produits de consommation.

Je crois pourtant que l’on peut envisager de plusieurs manières la consommation, que l’on pourrait caricaturer sous forme de deux visages complètement distincts :

Le premier serait l’idée que la consommation est totalement superflue. Que la vie, le bien-être, le bonheur, n’est en aucun cas dépendant de la consommation. Que la satisfaction de ces buts simples (mais important) de la vie, se fait par l’acquisition de connaissances, l’utilisation de la réflexion, ou encore par son développement intérieur (et de son entourage).

Ceci est clairement une utopie, car pour avoir un accès à la connaissance et à la culture (cinéma d’art et d’essais, musées, livres…), il nous faut payer, donc consommer. Ici l’homme est tourné vers une consommation immatérielle, et une consommation matérielle réfléchie, donc assumée.


L’autre visage serait la volonté d’obtenir toujours plus de biens matériels, de les consommer, de les jeter, pour mieux reconsommer derrière… Engendré par une éducation qui ferait en sorte que les seuls plaisirs (recherchés et accessibles) proviendrait de la consommation. La rendant comme une sorte de but de l’existence ; devenant une tendance religieuse, tout le potentiel humain étant dépensé comme offrande à de nouveaux dieux païens. L’homme, sinistre pantin de sa consommation.

Celui-ci, est un cauchemar. L’homme uniquement tourné vers une consommation matérialiste et aveugle.


Aucuns de ces deux visages représentent cette société dans laquelle nous vivons : il serai trop simple de sombrer dans les extrêmes. Mais nous pouvons nous demander dans quelles mesures elle est engluée dans le cauchemar, et comprend des parts de l’utopie.
Notre condition en tant que consommateur ? Un subtil mélange entre ces deux tendances.

La société de consommation n’est donc pas responsable des vices dont elle est accusée : seuls ceux qui font en sorte que la société sombre dans le cauchemar énoncé plus haut (réal TV, émissions télévisées pseudo culturel, utilisation de chanteurs consommable, rabattage médiatique et crétinisatif par la publicité, etc) le sont.

La société de consommation propose uniquement, aux consommateurs le devoir de bien consommer.

Ainsi, cessons de chercher une quelconque responsabilité dans la société dite de consommation pour les problèmes qui découlent d’une surconsommation irréfléchie (Rien dans ce type de société n’oblige les gens à dépenser leur argent dans des conneries, à regarder des émissions pathétiques et à se détourner peu à peu de la culture).

Il serait plus censé de chercher (et de trouver ?) la faute parmi l’éducation ou du conditionnement des mœurs.

Ce qui reviendrai à chercher quels sont les vrais responsables de cette mauvaise consommation. Mais cette enquête, les Médiats et les politiques ne sont pas près de l’enclencher : ils sont pas si bêtes….ils auraient trop à perdre.

Publié dans Alternatives

Commenter cet article

Dross 06/09/2008 12:36

Les fautes d'orthographes sont de la forme, pas du fond. Se borner aux fautes pour juger un texte c'est en effet rentrer dans le monde de forme sans fond, comme la société de consommation nous entraine tous. Votre commentaire est donc l'illustration la plus parfaite de ce qu'il dénonce. Amusant.

mat 06/09/2008 11:49

Ce texte serait plus "vendeur" (excusez l'ironie) s'il ne présentait pas tant de fautes d'orthographe! Mon dieu, la société de consommation semble déteindre aussi sur ses propres détracteurs...

Dross 15/05/2008 21:35

On a tout sur Internet... Et Internet est payant. Les musées sont gratuit, et pour y aller (a moins d'habiter à coté, ce qui n'est pratiquement jamais le cas) il faut utiliser la voiture,le train, ou autre... et c'est payant. Merci tout de même d'être passé ;)

anonyme 15/05/2008 21:28

je ne veux pas être désagréable mais il est difficile de lire un sujet quand il y a autant de fautes de temps et d'orthographe. C'est presque du déchiffrage pour moi.je ne suis pas d'acord sur le fait que pour s'instruire il faut dépenser de l'argent.Avec internet, on a accés à tout et gratuitement. les musées sont gratuits tous les premiers dimanche du mois dans toutes les villes de Fance. la ville met à disposition dans les médiathéques et bibliothéques : des livres, des cd et même un accés à internet sur place.

marie 20/02/2008 12:30

Bonjour,
je vous écrit car j'aimerais prendre par à votre pseudo-interprêtation concernant notre société. Avant toute chose, sachez que l'éducation n'est pas seule responsable du fait qu'un individu développera des tendances surconsommatrices. Certes, elle y joue, mais lorsqu'on voit le nombre d'enfants qui ne respectent pas leurs parents et font tout pour ne point leur ressembler, il faut savoir faire la par des choses. De plus, n'oubliez jamais que l'outil créé le besoin : la société nous force à consommer des machines, les produits de ses inventions technologiques remplaçant les tâches jadis réservées à la populace. Il y a aussi tout un système d'inter-influences entre personnes. Quelqu'un se montrant avec les artifices pour ne pas dire les vices issus de notre société de consommation aura tendance à susciter l'envie chez autrui, qui alors reproduira le même schéma. Vous ne parlez pas non plus des fameux "peoples" qui sont vénérés par beaucoup de gens. Ces derniers sont en majeure partie à l'origine de la "fringale" de consommation.

Pour finir, vous n'énoncez pas non plus la dimension écologique qui intervient. Sachez que chaque acte de consommation pollue. Lorsque vous allez acheter des vêtements, s'ils ne sont pas composés à partir de fibres biodégradables, alors c'est qu'il a été fabriqué à partir de matériaux polluants, sans compter que si vous achetez un habit issu des pays sous développés, vous financez le processus d'exploitation de la main d'oeuvre qui se cache derrière!

De plus, vous dîtes que pour se cultiver, nous devons passer par la consommation. Soit, j'en convient, mais dans ce cas, je vous demanderais ,à quoi servent nos grandes bibliothèque ?

avec toute mon "urbanité",
cordialement Marie.